pass sanitaire

À compter du 21 juillet, conformément au décret n° 2021-955 du 19 juillet 2021, un pass sanitaire devra être présenté afin d’accéder au Parc zoologique de Paris.

Une tolérance sera appliquée pour les 12-17 ans jusqu'au 30 août. Cette obligation ne s’applique pas aux enfants de moins de 12 ans.

Les visiteurs ayant acheté un billet avant le 21 juillet et qui ne satisfont pas aux obligations sanitaires peuvent demander l'échange ou le remboursement de leur billet.

Pour garantir la sécurité de tous les visiteurs et personnels, le port du masque demeure obligatoire dans les espaces intérieurs et les files d'attente. Il est recommandé dans les espaces de plein air.

Back to top
Cistude d'Europe (Emys orbicularis orbicularis) © F-G Grandin - MNHN

La cistude d’Europe

La cistude d’Europe est une espèce de petite tortue d’eau douce qui vit dans les fonds boueux des marais, les étangs et les ruisseaux, dans toute l’Europe sauf dans les régions centrales et septentrionales.

Fiche d’identité

Classe :
Sauropsides, Testudinés, Emydidés
Espèce :
Emys orbicularis
Durée de vie :
jusqu’à 50 ans
Taille & poids :
de 11 à 19 cm, jusqu’à 1 kg
Incubation :
environ 3 mois, de 4 à 18 œufs
Habitat naturel :
étangs, marécages
Régime alimentaire :
carnivore - insectes et petits vertébrés
Région d’origine :
Europe
Statut UICN : 

Quasi menacé (NT)

Mode de vie

Les cistudes se reproduisent sous l'eau de fin mars à début octobre et pondent en mai, dans un trou creusé sur la berge. Les jeunes émergent des œufs en septembre.

Comme tous les animaux improprement dits à « sang-froid », les cistudes ont besoin de s’exposer au soleil pour se réchauffer et emmagasiner de l’énergie : c’est ce qu’on appelle la thermorégulation.

Signes distinctifs

La cistude est une tortue d’eau douce. Ses pattes palmées, sa carapace lisse et aplatie qui facilite ses déplacements dans l’eau la distinguent des tortues terrestres et en font une excellente nageuse.

Anecdote

De nombreuses menaces pèsent sur l'une des deux seules tortues aquatiques indigènes en France métropolitaine : assèchement et artificialisation des étangs, fragmentation de son habitat, pollution, introduction d’espèces concurrentes… Pour protéger la cistude contre ces menaces et restaurer son milieu de vie, un Plan national d’actions (PNA) a été créé. Dans la réserve zoologique de la Haute-Touche gérée par le Muséum, un élevage conservatoire pour cette tortue a été développé en vue de renforcer les populations sauvages. Plusieurs relâchés ont déjà eu lieu, notamment au lac du Bourget, en Savoie.