Information

En raison d'un problème technique, le téléphone du Parc ne fonctionne pas actuellement. Pour toute question, vous pouvez nous contacter via le formulaire de contact.

Back to top

L'arrivée des grenouilles de Madagascar et des Pleurodeles de Waltl

Arrivées d’animaux

C’était en octobre dernier, alors que la construction des vivariums et terrariums des biozones Europe et Guyane-Amazonie se termine, les reptiles et amphibiens commencent à arriver au zoo. Après les tortues rayonnées (Astrochelys radiata) et les boas (Boa constrictor imperator), le zoo voit arriver un convoi d’Allemagne comprenant des grenouilles de Madagascar (Mantidactylus betsileanus) ainsi que des Pleurodeles de Waltl (Pleurodeles waltl) une espèce de triton d’Europe du sud.

Chaque entrée d’espèce au sein du zoo répond à un processus bien établi et demande les plus grandes précautions : inspection, comptage, sexage, observation… Une fois les animaux réceptionnés, ils sont emmenés en zone d’acclimatation où ils résideront le temps de s’assurer qu’ils sont en parfaite santé. Les grenouilles iront ensuite dans la Grande Serre tropicale, partie malgache, et les tritons rejoindront leur vivarium sous le Grand Rocher.

Olivier Marquis, curateur reptiles et amphibiens et Sylvie Laidebeurre, vétérinaire, accompagnés de soigneurs vont dans un premier temps s’assurer que chaque individu est en bonne santé et qu’aucun ne s’est blessé durant le transport. Tandis que les tritons doivent encore s’acclimater à la température de la pièce, les grenouilles malgaches sont placées dans leurs vivariums où elles sont comptées et sexées. "Les mâles ont la gorge plus sombre que les femelles car ils possèdent un sac vocale pour chanter, les femelles elles ne chantent pas. C’est comme ça qu’on peut les distinguer" explique Oliver Marquis. Sur une vingtaine d’individus, tous les stades d’évolution sont présents, du plus jeune têtard à l’adulte, "c'est une espèce relativement prolifique" ajoute Olivier Marquis.

C’est ensuite au tour des pleurodeles de Waltl d’être placés dans leurs vivariums, l’occasion de les compter, de les sexer et de remarquer d’éventuelles particularités (femelles pleines, tâches de couleur…). Sous la vigilance du curateur et des soigneurs, les amphibiens vont ainsi s’adapter à leur nouvel environnement, en s'assurant qu'ils y évoluent en parfaite santé.

Vous aimerez aussi