Information

En raison d'un problème technique, le téléphone du Parc ne fonctionne pas actuellement. Pour toute question, vous pouvez nous contacter via le formulaire de contact.

Back to top

Aramis le jaguar en transit

Arrivées d’animaux

Aramis le beau jaguar noir (Panthera onca) vient d’être transféré au Parc zoologique de Paris, depuis la Ménagerie du Jardin des Plantes.

Avec son regard pénétrant, son pelage noir finement tacheté, le bel Aramis, favori des visiteurs, vient d’emménager dans son nouvel enclos au Parc zoologique de Paris. Arrivé en France en octobre 2012 depuis le zoo de Varsovie (Pologne), la Ménagerie le chouchoutait le temps que son nouvel espace de vie soit prêt à l’accueillir.

Si, depuis son arrivée à la Ménagerie, Aramis a été suivi régulièrement, les vétérinaires des deux parcs ont profité du fait de l’endormir pour le transfert, pour lui faire passer quelques examens. D’un point de vue purement médical d’abord,  des analyses biochimiques sanguines ont été effectuées afin de vérifier le bon fonctionnement de l’organisme. D’autres examens ont également été demandés pour compléter son dossier médical, notamment des radiographies - de la mâchoire - qui serviront d’informations de référence en cas de suspicion de problème de santé ou d’anomalie.

Check-up d'Aramis avant son transfert © MNHN - F-G Grandin

Une étude sur les cardiopathies des grands félins

Enfin, une échocardiographie a également été réalisé. Bien plus qu’un contrôle de routine, ce dernier sert un programme de recherche sur les pathologies cardiaques des félins.

Lancé par le Service de Cardiologie de l’Ecole Nationale Vétérinaire d’Alfort et la Ménagerie du Jardin des Plantes, l’objectif de cette étude est de développer une base de données sur les paramètres cardiologiques, physiologiques et pathologiques, des grands félins. "En captivité, le manque de sang neuf chez les félins peut favoriser le développement d’insuffisances cardiaques. Or les pathologies cardiaques en parcs zoologiques sont souvent sous diagnostiquées" explique Norin Chai, directeur scientifique de la Ménagerie du Jardin des Plantes, qui a réalisé ces tests.

Que l'on se rassure, tout va bien pour Aramis, qui s'acclimate tranquillement à son nouvel enclos de la biozone Guyane-Amazonie.

Vous aimerez aussi