Back to top
Autruche © MNHN - F.-G. Grandin

L'autruche

L’autruche est le plus grand oiseau vivant et le plus rapide des oiseaux terrestres !

Fiche d’identité

Classe, ordre et famille :
Diapsides, struthioniformes, struthionidés
Durée de vie :
40 ans (50 en captivité)
Taille & Poids :
1,75-1,90 m (femelle), 2,10-2,75 m (mâle) ; 90-110 kg (femelle), 100-150 kg (mâle)
Incubation :
40 jours, 11 œufs (femelle dominante)
Habitat naturel :
savanes
Régime alimentaire :
omnivore
Région d'origine :
Région sahélo-soudanienne et sud de l’Afrique
Statut UICN : 

LC (risque faible)

Mode de vie

Paré de ses plumes noires et blanches, le mâle accomplit une spectaculaire danse nuptiale avec battements d’ailes, révérences, mouvements circulaires du cou scandés de bruits sourds…

Lorsque les populations sont nombreuses, le mâle est polygame, il s’accouple avec plusieurs femelles. La première séduite, la dominante, participe au choix des autres. Toutes pondent dans un nid commun, mais seule la dominante aide le mâle à couver. Avec son bec, elle place ses œufs au centre du nid, là où ils seront les mieux protégés. Si les effectifs sont plus réduits, l’espèce est plutôt monogame.

La femelle couve les œufs en journée, réduisant les risques de prédation par les hyènes, chacals ou vautours. Sa couleur claire lui sert de camouflage en plein jour. Le mâle, avec son plumage sombre, couve la nuit.

Signes distinctifs

L’autruche bat de nombreux records dans le monde animal : c’est le plus grand oiseau vivant, avec ses deux mètres de haut et son poids qui dépasse les cent kilos. Son œuf est le plus gros de tous les œufs : il peut peser plus de 1,5 kg. L’autruche est aussi le plus rapide des oiseaux terrestres avec une vitesse de pointe de 70 km/h !

Anecdote

Le Parc zoologique de Paris accueille un groupe d’autruches à cou rouge, une sous-espèce du nord de l’Afrique dont le mâle présente un bec et un cou teintés de rouge. Les autruches à cou rouge sont très menacées dans leur milieu naturel.

Des œufs ont été confiés à certains zoos européens pour établir une population de secours. Grâce à ces zoos qui ont pu élever les premiers jeunes hors d’Afrique, le Parc zoologique a pu obtenir une femelle en 2016 puis un mâle en 2017, et espère pouvoir compter quelques premiers œufs fécondés dès 2020…

Autruches © MNHN - F.-G. Grandin