BILLETTERIE EN LIGNE OBLIGATOIRE

Réservez votre billet en ligne.

La réservation de billet d’entrée est obligatoire pour tous, y compris les visiteurs bénéficiant de la gratuité et les détenteurs de titre d’entrée (billets achetés à l’avance, billets prolongés, invitations, pass annuel…), pour ces derniers la réservation est gratuite.

Aucune vente sur place ne sera possible.

En semaine nous proposons un billet daté pour le jour de visite et le weekend deux tranches horaires par jour (matin et après-midi).

Veuillez noter que les jours de forte affluence, notamment les weekends, le temps d'attente à l'entrée du zoo et de la serre peut être très important. Les périodes d’affluence à l’entrée sont généralement le matin à l’ouverture et en début d’après-midi.

Toutes nos équipes sont mobilisées pour vous offrir un accueil de qualité, et garantir le respect des règles sanitaires et de sécurité.

Back to top
Intervention du dentiste au Parc zoologique de Paris © MNHN - Nathalie Dogna et Laurent Barthelemy

Coulisses : un dentiste chez les fauves

Prise en soin

Chez les animaux aussi l'état des dents a besoin d'être contrôlé ! Entrez dans les coulisses de la clinique vétérinaire pour découvrir les soins dentaires du puma et du lion.

Un rendez-vous particulier

Le 16 mars dernier fut une journée particulière pour deux fauves du Parc zoologique de Paris et l'équipe animalière : c'était le jour du rendez-vous chez le dentiste. Dans ce cas précis, c'était plutôt le dentiste qui se déplaçait : le Dr Philippe Hennet, spécialiste en stomatologie et dentisterie vétérinaire, avec qui le Parc zoologique travaille depuis longtemps pour soigner les dents de nombreux pensionnaires, des félins aux zèbres en passant par les lémuriens.

Pourquoi faire appel à un dentiste ?

Le bon état dentaire des animaux sauvages est un élément capital de leur santé et de leur bien-être. En effet, il n'est souvent pas facile de deviner les lésions cachées dans la cavité buccale puisque les animaux sauvages dissimulent souvent leur douleur et continuent à manger alors que le moindre humain témoignerait de douleurs aigues avec des caries bien moins graves… Il arrive souvent qu'à l'issue d'un traitement dentaire, un animal change de comportement en devenant plus calme, suggérant que le traitement met fin à une douleur chronique.

De ce fait, les vétérinaires du Parc profitent de chaque anesthésie, de chaque bilan annuel, pour contrôler les mâchoires et faire des radios des dents, ce qui permet d'anticiper les infections et les situations douloureuses, en planifiant des interventions d'odontostomatologie. Pour le puma « Macéo » et le lion « Volcan », quelques fractures pouvant dégénérer avaient en effet été détectées voici plusieurs mois, il était temps de les soigner préventivement.

La clinique vétérinaire dispose d'un matériel permettant de réaliser de nombreux soins dentaires en autonomie (détartrage, extractions, polissages, etc.), mais une dévitalisation demande de l'expérience et un équipement pointu. Il est bien plus logique de faire appel à un spécialiste qui amène son savoir-faire et sa vitesse d'exécution afin de permettre d'écourter le plus possible le temps d'intervention.

Intervention du dentiste sur Volcan, le lion © MNHN - Parc zoologique de Paris
Intervention du dentiste sur Macéo, le puma © MNHN - Nathalie Dogna et Laurent Barthelemy

Une intervention minutieuse

Le 16 mars au matin, l'équipe vétérinaire a donc commencé par endormir le puma « Macéo » : grâce au travail des soigneurs, il a reçu son injection anesthésique en training médical, diminuant ainsi drastiquement le stress à l'induction. Une fois un tube posé dans la trachée, il a été amené à la clinique où l'attendaient l'équipe dentisterie. Un bilan dentaire exhaustif a ainsi été réalisé avant d'attaquer le soin de la canine touchée. Pour ce faire, l'équipe a pu bénéficier de techniques d'imagerie de pointe, à savoir d'unité de radiologie dentaire portable : de la taille d'un appareil photo, cet équipement amené ce jour-là par Mr Lesueur de la société iM3 a permis de visualiser chaque dent de la pointe à la racine, et de vérifier l'efficacité du traitement en temps réel.

Pour « Macéo », outre d'autres soins sur des molaires, une canine a été confirmée comme « à traiter », contre deux pour « Volcan ». La technique utilisée est une dévitalisation : comme chez l'espèce humaine, le canal de la dent est nettoyé, tous les tissus retirés et un matériau inerte est ensuite coulé dedans, de manière à le remplir jusqu'à la racine. Ainsi, la dent n'est plus une source potentielle de douleur ou d'infection, mais elle reste en place et sert toujours à l'animal au cours de sa prise alimentaire et de sa mastication.

Cette technique est la même que celle employée chez l'humain, à la différence que le canal est bien plus long, environ 7 cm pour « Macéo », jusqu'à plus de 10 cm pour « Volcan » : il faut prévoir beaucoup de résine ! De plus, l'intervention se pratique ici en une seule fois, ce qui évite deux ou trois interventions, mais impose une séquence très rigoureuse et intense sur un temps d'anesthésie assez long : « Macéo » et « Volcan » ont dormi plus de 2h45, surveillés de près par trois vétérinaires et deux assistants vétérinaires.

Ce temps plus long que pour nos interventions classiques imposent une surveillance accrue, les risques augmentant avec les heures : nous utilisons par exemple des appareils lui permettant de mesurer certains ions et gaz dissous dans le sang du fauve, et ainsi d'adapter les paramètres d'anesthésie finement pour maintenir la sécurité constante du dentiste tout en minimisant les risques pour l'animal.

Macéo dans le bloc opératoire du dentiste © MNHN - Parc zoologique de Paris
Radiologie dentaire de Macéo, le puma © MNHN - Parc zoologique de Paris
Soins dentaires sur Volcan, le lion © MNHN - Parc zoologique de Paris

Opération réussie !

Grâce à la préparation de l'équipe soigneur, « Macéo » s'est réveillé dans sa loge moins de 3 heures après l'avoir quittée, sans avoir su qu'il était passé par la clinique. Pour « Volcan », la clinique avait été déplacée dans la grande loge des lions afin de ne pas perdre de temps à le transférer. Il s'est réveillé un peu plus de 3 heures après son fléchage, mais quelques minutes après, il marchait déjà. Pendant les quelques jours suivants, ils ont reçu un peu plus de repas « mous » accompagnés de traitements contre la douleur, mais ils ont tous les deux dévorés leurs rations et, une semaine plus tard, ils attaquaient les os avec encore plus de vigueur !

Cette année, l'équipe vétérinaire prévoit encore une à deux journées spéciales « dents », l'une avec quelques primates, et une autre avec quelques carnivores. De quoi assurer de nombreuses années avec de parfaites mâchoires pour nos pensionnaires !

Volcan en 2020 © MNHN - F.-G. Grandin
Macéo en 2017 © MNHN - F.-G. Grandin