Back to top

Arrivée d’Husar, le lamantin

Arrivées d’animaux

Un troisième lamantin est arrivé au Parc Zoologique de Paris jeudi 10 juin à 7 h 30 du matin, après 17 heures de voyage en camion depuis l’Aquarium de Gênes en Italie. Il s’agit d’un mâle de 13 ans prénommé Husar, né à Nuremberg en 2003.

Le premier lamantin à avoir franchi les Alpes

En Italie, la procédure de mise en caisse était complexe et inédite, mais un travail de concertation a permis de mettre en œuvre une technique efficace et rapide puisqu'en moins d'une heure et sans aucun heurt, Husar était dans sa caisse de transport.

Durant plus de 1 000 km, Husar a été étroitement surveillé : toutes les 90 minutes un contrôle de sa fréquence respiratoire, de sa position dans l'eau, de la température de l'air, et surtout de celle de l'eau qui ne devait en aucun cas descendre en dessous de 22°C, seuil de danger pour ce mammifère très sensible à son environnement et pouvant développer une pneumonie fatale dans une eau à 20°C.

Ce transport délicat a imposé la présence d'un vétérinaire équipé d'une trousse d'urgence pour parer à tous les problèmes pendant le voyage.

Le voyage incluait une traversée des Alpes. Husar pourra donc se vanter d'être le premier lamantin à avoir jamais voyagé sous le Mont Blanc…

Le retard pris sur la route a été compensé par une escorte de motards de la police nationale, qui ont permis de franchir en 45 minutes l’équivalent de 2 h 30 de bouchons !

Le soin et la surveillance médicale d’Husar

À son arrivée, Husar a été l’objet d’un examen clinique rapide et d’une prise de sang.

Il a été ensuite pris en charge par une équipe de soigneurs désormais rompue à l'exercice, et en moins d'une heure, il plongeait dans le bassin de la serre pour rejoindre ses deux congénères Tinus et Herbert.

L’équipe animalière  surveille attentivement les premiers jours d'Husar : son rythme respiratoire (signe que le stress induit par le transport disparaît), sa reprise d'alimentation (les lamantins peuvent parfois arrêter de manger pendant plusieurs semaines après un transfert), son relationnel avec les autres lamantins et les poissons de son bassin.

Un soigneur Italien était là pour accompagner l'animal pendant les premières 72 heures et transmettre recommandations et suggestions à ses collègues français.

La première plongée d’Husar dans le bassin de la serre tropicale

Husar va bien ! Pendant les premières heures, les plongeurs ont déjà pu entendre de nombreuses vocalisations entre les lamantins, et constater qu'Husar recherchait rapidement le contact physique avec ses camarades, le toucher étant très important chez cette espèce. Il a commencé à manger dès vendredi matin !

Le Plan d’Elevage Européen (EEP) du Lamantin des Antilles

L'arrivée d'Husar souligne le travail important du Parc Zoologique de Paris au sein du Plan d’Élevage Européen (EEP) du Lamantin des Antilles (environ 35 animaux répartis dans une dizaine de site en Europe et en Asie).  La présence de plusieurs mâles est un schéma classique chez cette espèce dont le profil de reproduction est dit "polyandrique" avec plusieurs mâles pour une femelle. Dans cette optique, le Parc Zoologique sera désormais bientôt prêt à recevoir une femelle, soit en plus, soit à la place d'un de nos mâles, dans les années qui viennent. Les reproductions espérées auront un rôle capital puisque l'EEP des lamantins soutient, tout comme le Parc Zoologique de Paris, le projet national de réintroduction du lamantin dans le Parc National de Guadeloupe : les prochains animaux à naître pourraient faire partie des "fondateurs" qui seront à l'origine de la nouvelle population sauvage de lamantins dans les eaux de Guadeloupe. Au-delà des animaux eux-mêmes, le Parc Zoologique de Paris apporte aussi une aide technique au projet, aussi bien pour le transfert des premiers animaux que pour la formation des personnels sur place.

Arrivée du lamantin Husar © MNHN - François-Gilles Grandin
Arrivée du lamantin Husar © MNHN - François-Gilles Grandin
Arrivée du lamantin Husar © MNHN - François-Gilles Grandin
Arrivée du lamantin Husar © MNHN - François-Gilles Grandin

Pour aller plus loin

Vous aimerez aussi

Au cœur des biozones
Triton alpestre © MNHN - François-Gilles Grandin
7 octobre 2019

Il faut sauver le triton de Bosnie

Au cœur des biozones
Tinus, le lamantin © Manuel Cohen - MNHN
3 octobre 2019

Tinus et Kaï fêtent leur anniversaire