BILLETTERIE EN LIGNE OBLIGATOIRE

Réservez votre billet en ligne.

La réservation de billet d’entrée est obligatoire pour tous, y compris les visiteurs bénéficiant de la gratuité et les détenteurs de titre d’entrée (billets achetés à l’avance, billets prolongés, invitations, pass annuel…), pour ces derniers la réservation est gratuite.

Aucune vente sur place ne sera possible.

En semaine nous proposons un billet daté pour le jour de visite et le weekend deux tranches horaires par jour (matin et après-midi).

Veuillez noter que les jours de forte affluence, notamment les weekends, le temps d'attente à l'entrée du zoo et de la serre peut être très important. Les périodes d’affluence à l’entrée sont généralement le matin à l’ouverture et en début d’après-midi.

Toutes nos équipes sont mobilisées pour vous offrir un accueil de qualité, et garantir le respect des règles sanitaires et de sécurité.

Back to top
Réserve naturelle des Nourages en Guyane française © MNHN - O. Marquis

La chasse en forêt tropicale : une menace pour les arbres

Une équipe de chercheurs du Muséum national d'Histoire naturelle a publié en 2020 une analyse inédite sur les effets de la chasse sur la régénération de la forêt en Guyane.

Depuis plusieurs décennies, la déforestation et ses conséquences désastreuses sur les forêts tropicales attirent l'attention internationale.

Mais les effets de la chasse, de plus en plus documentés, sont eux aussi sources d'inquiétude. Qu’elle soit de subsistance ou commerciale, cette pratique touche une grande majorité des forêts tropicales dans le monde, et ce jusqu’au cœur des parcs nationaux !

Au-delà de l’impact direct qu’elle a sur les populations des animaux ciblés, elle atteint aussi les arbres eux-mêmes. Comment est-ce possible ?

Une majorité d'espèces d'arbres se régénèrent grâce aux animaux qui consomment leurs fruits et dispersent naturellement leurs graines. La diminution des populations animales a donc des retombées sur la régénération des arbres de la forêt.

Cependant, contrairement aux animaux dont on peut voir les populations chassées s’effondrer en l’espace de quelques années, les effets de la chasse sur les arbres ne sont pas immédiatement visibles, puisque ceux-ci peuvent vivre et rester en place des dizaines voire des centaines d’années, même s’ils ne peuvent plus se reproduire.

Sur le long terme, ces immenses superficies de forêts risquent de se retrouver considérablement appauvries. De nombreuses espèces d’arbres, notamment celles à grosses graines dispersées par les primates, risquent de disparaître au profit de la minorité d’espèces dispersées par le vent ou à petites graines.

Tout ceci met en péril les activités économiques ou de subsistance telles que l’exploitation du bois, des fruits ou des graines.

 

Le saviez-vous ? Un hectare de forêt guyanaise compterait plus d’espèces d’arbres différentes que tout le reste du territoire français ! Au Parc zoologique de Paris, vous pouvez avoir un aperçu de cette flore particulièrement diversifiée, et comprendre les interactions entre espèces animales et végétales, en visitant la biozone Amazonie-Guyane.
Toucan © MNHN - F-G Grandin