Horaires d’été : du 21 juin au 31 août inclus, le Parc Zoologique de Paris est ouvert tous les jours de 9 h 30 – 20 h 30.

Jeux olympiques de Paris 2024

Du 20 au 30 juillet, le stationnement sera interdit à proximité du Parc zoologique de Paris. Privilégiez les transports en commun.
En raison du passage d'une épreuve olympique, le zoo sera exceptionnellement fermé mercredi 24 et samedi 27 juillet.

Back to top
Chien des buissons - MNHN. F.G. Grandin

Les nouvelles arrivées de 2024 au Parc zoologique de Paris

Arrivées d’animaux

Plusieurs animaux ont rejoint le Parc Zoologique de Paris en ce début d’année 2024 ! Du lamantin au rhinocéros en passant par les petits tenrecs, ces arrivées sont à l'image de la diversité biologique du Parc.

De nouvelles arrivées d’animaux fascinants

Shani et d’Ora, deux femelles rhinocéros blanc

Début mars, d’Ora une femelle rhinocéros est arrivée au Parc zoologique de Paris puis quelques semaines plus tard, c’est Shani, une seconde femelle qui a été accueillie. Les deux femelles rhinocéros blanc sont présentes au zoo pour assurer le programme de conservation de l'espèce. Considéré comme “quasi-menacé” sur la liste rouge de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature), il resterait moins de 20 000 rhinocéros blancs à l’état sauvage. Victime de la dégradation de son habitat et du braconnage, différents programmes de sauvegarde de l’espèce sont mis en œuvre avec succès.
 

À la rencontre d’Unaï, la femelle lamantin

L'arrivée au Parc zoologique de Paris une femelle lamantin âgée de 2 ans, Unaï, est une bonne nouvelle pour la continuité du projet de conservation liée à cette espèce. Avec un statut considéré comme "en danger" par l’UICN, son programme de conservation vise à réintroduire les lamantins dans leurs environnements naturels, les eaux des Caraïbes. Installée dans son nouvel espace de vie, elle rencontré tout le groupe de lamantins avec lequel elle partage les eaux du bassin de la Grande serre tropicale

L’arrivée de deux femelles tenrecs

Le petit tenrec est une espèce arrivée en 2023 au Parc zoologique de Paris et récemment deux femelles ont rejoint le mâle. Malgré les apparences, ce petit mammifère appelé tenrec n'est pas apparenté aux hérissons. Le petit mâle est arrivé suite à une saisie des autorités françaises tandis que les femelles sont arrivées de zoos belges. Vous pouvez venir les observer dans la partie Madagascar de la Grande serre tropicale.

D'Ora et Shani
Lamantin
Arrivée femelle tenrec

Plusieurs naissances en ce début d’année

Du nouveau chez les manchots

Les quatre poussins manchots nés cette année sont identifiés par une petite puce électronique et pesés et leur état de santé contrôlé. À quelques jours d’écart, on remarque une nette différence d’apparence physique chez les poussins. Ils sont pour l’instant dans les cavités des rochers sous la protection des parents mais ils sortiront pour découvrir le bassin et nager dans quelques mois. Si vous avez croisé rover le un petit robot roulant parmi les manchots, c’est parce qu’ils font l’objet d’un programme de recherche conservation.

Naissance chez les chiens des buissons

Deux bébés jeunes chiens des buissons sont nés, un mâle et une femelle pucés et vaccinés sont désormais visibles du public. Chez cette espèce, l’élevage des chiots se fait par la meute entière : chacun toilette les chiots et tout le monde prend soin des petits.

Une nouvelle femelle hippotrague

Une femelle hippotrague rouan est née au Parc zoologique de Paris cette année 2024. Elle a suivi l’arrivée de Kovu, un mâle né en décembre. Kovu a déjà fait sa première sortie suivi quelques semaines plus tard par la petite femelle Douala. Quant à la première femelle née au Parc en 2022, elle a été transférée dans un zoo italien il y a quelques semaines dans le cadre du plan d’élevage européen. L’hippotrague rouan fait partie des mammifères qui ont un élevage des jeunes dit «nidicole» : la mère laisse le petit dans une cache souvent herbeuse, où il reste caché la majorité de la journée à l’attendre sans bouger. Il en résulte une très faible dépense énergétique pendant les premières semaines, permettant cette formidable croissance.

Le premier bébé Nandou de Darwin de l’année

De nombreuses pontes ont eu lieu chez les Nandou de Darwin, leurs œufs de couleur verte sont facilement reconnaissables. Et depuis quelques temps, le premier œuf a éclos pour laisser apparaître un jeune Nandou de Darwin qui grandi a vu d’œil. Quotidiennement les œufs sont pesés par les soigneurs pour avoir un suivi précis de l’évolution. Quant au bébé Nandou il est nourrit plusieurs fois par jours par les soigneurs également afin de pouvoir être au plus proche de ses besoins et veiller à ce qu'il ait une alimentation adaptée.

Chiots des buissons © MNHN - M.Descombes
Manchots de humboldt
Jeune hippotrague © MNHN - F-G Grandin