Back to top
D'Ora et Shani

Deux femelles rhinocéros sont arrivées au Parc zoologique Paris

Arrivées d’animaux

Début mars, une femelle rhinocéros est arrivée au Parc zoologique de Paris puis quelques semaines plus tard une seconde femelle a été accueillie. Les deux femelles rhinocéros blanc sont présentes au zoo pour assurer le programme de conservation de l'espèce.

Du nouveau chez les rhinocéros

Nommée D’Ora, la première femelle rhinocéros nous vient tout droit du Cotswold Wildlife Park, au Royaume-Uni, près d’Oxford. Dès son arrivée dans sa loge, le rhinocéros a commencé à prendre ses marques en se mettant à manger et en observant de loin les deux autres mâles.  Quant à Shani, la seconde femelle rhinocéros, elle est née au zoo de la Boissière du Doré, près de Nantes. Dans un premier temps les deux femelles vont se rencontrer et prochainement vous pourrez les voir dans l’espace extérieur. Les deux femelles de 3 ans et demi seront ensuite mises en contact avec Angus l’un des deux mâles du Parc ainsi qu’avec les zèbres et les cobes de Lechwe.  

Un dispositif impressionnant pour une arrivée de taille

Shani est arrivée après quelques heures de camion tandique que d'Ora a voyagé en camion et a pris le ferry depuis l’Angleterre. Pour son arrivée, un large dispositif a été mis en place : une grue a spécialement été installée au Parc zoologique de Paris afin de permettre un transfert en toute sécurité pour les équipes et pour la femelle rhinocéros.

Lire aussiRhinocéros blanc

Transfère de la deuxième femelle rhinocéros
Transfert de la deuxième femelle rhinocéros blanc (Shani)
Transfère de la deuxième femelle rhinocéros

Les rhinocéros blancs en danger

Il existe deux sous-espèces de rhinocéros blancs sur le continent africain : la sous-espèce du nord est celle la plus en danger puisqu'il ne reste plus que deux individus au monde, avec un programme de sauvetage par reproduction assistée très ambitieux en cours. La sous-espèce du sud, à laquelle appartiennent Wami, Angus et D'Ora, compte aujourd'hui entre 16 000 et 20 000 individus, qui ne sont plus répartis que sur quatre pays.

De moins en moins de rhinocéros à l'état sauvage

Considéré comme “quasi-menacé” sur la liste rouge de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature), il resterait moins de 20 000 rhinocéros blancs à l’état sauvage. Victime de la dégradation de son habitat et du braconnage, différents programmes de sauvegarde de l’espèce sont mis en œuvre avec succès.

Nos actions pour la préserver les rhinocéros

En 2023, l’enclos des deux mâles rhinocéros du Parc, avait été réaménagé pour dégager plus de surface et préparer la création d'un groupe reproducteur. Le Parc zoologique de Paris participe en effet au programme d’élevage européen de l’espèce (EEP), coordonné par le Safaripark Beekse Bergen, en Hollande. 

Un travail de protection en lien avec une association

En 2024, le Parc zoologique de Paris prolonge sa collaboration avec l’association Save The Rhino International afin de soutenir la réserve de Borana au Kenya, un lieu isolé, préservé et riche de nombreuses espèces. En l’absence de braconnage, les responsables de Borana peuvent se consacrer à des objectifs à long terme et travaillent avec les populations locales pour leur permettre de vivre avec les rhinocéros et préparer les générations futures à être des protecteurs des espèces sauvages.

Enclos des rhinocéros blancs Parc zoologique de Paris
© MNHN - F.-G. Grandin